Soigne qui peut

par Valérie Marange
Quand le management se fait toujours plus envahissant, quand le soin/traitement vise des chaînes toujours plus courtes et des tactiques toujours plus adaptatives, le renouveau de la catégorie du soin/souci (ou care), est un signe d’espoir et peut-être de ralliement.Si du moins il ne se réduit pas à désigner un espace d’assistance dévalorisé, caritatif ou domestique, auquel seraient assignés certains...
Voir sur le site du CAIRN :
https://www.cairn.info/revue-chimeres-2012-3-page-7.htm
Publié dans le numéro

Chimères n°78 - Soigne qui peut (la vie)

Aujourd’hui, alors que le management se fait toujours plus envahissant, et que le soin, réduit au simple traitement, vise des chaînes toujours plus courtes et des tactiques toujours plus adaptatives, le renouveau de la catégorie du soin est un signe d’espoir et peut-être de ralliement. À condition qu’il ne se réduise pas à désigner un espace d’assistance dévalorisé. Il s’agit de rendre visibles les moindres gestes d’invention du quotidien qui font que les existences trouvent consistance tenable, mais aussi d’exprimer la présence à soi et à l’autre qui seule permet de penser ce que nous faisons sur nos terrains respectifs...