Spectralisation de la puissance

TELECHARGEZ LES DIAPORAMAS PDF JOINTS A L'ARTICLE

L'avenir n'existe pas encore. Et s'il n'existe pas encore, il n'existe pas du tout. Or la croyance selon laquelle l’avenir répète le passé fonde la possibilité de ces lois de la nature sur lesquelles s'est construite la société industrielle. On appelle cela une société envoûtée. Les deux termes envoûtement et possession, bien que souvent associés, sont deux notions différentes. Envoûtement industriel L'envoûtement est l'art d'envelopper une personne ou un groupe dans une volonté. Une personne est envoûtée lorsqu'une (ou plusieurs) personne l'influence à distance par des procédés idéologiques ou techniques. Depuis son envol, la société capitaliste s'est appuyée sur ce qu'il convient d'appeler un «envoûtement industriel». L'envoûtement industriel de première génération débute avec les guerres napoléoniennes. Il potentialise pour la première fois, le stock total d'énergie sociale disponible par la magnétisation du peuple. La magnétisation politique de cette énergie sociale propulse la révolution industrielle.
Dans l'envoûtement industriel de deuxième génération, les individus envoûtés consentent à fabriquer en série les machines servant à leur extermination ou à leur conditionnement. La voix de l'Etat, amplifiée et télédiffusée, magnétise les foules. La magie de supermarché remplace l'image pieuse dans les salons de la classe moyenne. De même que des milliers de personnes formant une chaîne en se tenant par la main sont électrocutées si l'une d'elles à l'extrémité du circuit reçoit une décharge, de même des centaines de millions de personnes recevant au même moment une même information, ajustent leur comportement en fonction de cette information. Ainsi se fabrique la synchronisation planétaire des esprits.
 Dans l'envoûtement industriel de troisième génération, l'être vivant peut être multiplié, modifié ou supprimé d'un seul geste. La planète se referme sur elle-même. L'ennemi devient intérieur. La fuite en avant technologique tend à se transformer en un jeu sans fin. Plutôt que de détruire l'ennemi, la guerre technologique le rend obsolète. Le gagnant peut continuer la guerre technologique indéfiniment ou décider de terminer le jeu selon les termes de son choix. Le perdant n'a d'autre choix que d'accepter les conditions de la victoire.
Dans l'envoûtement industriel de quatrième génération, les êtres vivants, traités comme des systèmes d'information, peuvent être programmés à distance. Les données que le corps reçoit de sources externes – électromagnétiques, vortex, ou ondes acoustiques puissantes – ou crée à travers à travers ses propres stimuli électriques ou chimiques, peuvent être manipulées ou modifiées de la même façon que les données de n'importe quel système matériel. Les intérêts de la connaissance se séparant des intérêts de la vie, ils amorcent l'automatisation de la société.

L'envoûtement de cinquième génération est l'abolition progressive des êtres vivants ou leur mise aux normes bio-machiniques. Désormais, en déambulant dans les grandes villes, nous pouvons percevoir cette société de morts-vivants. Nombre de ces êtres administrent nos vies. Possession militaro-industrielle On dit d'un être vivant qu'il est “possédé“ quand une entité l'a totalement investi. L'entité se déplace alors en lui et poursuit des finalités qui lui sont propres. Aujourd'hui, les technologies invisibles s’intègrent dans la trame de la vie quotidienne jusqu’à ne plus pouvoir en être distinguées. On peut parler de possession technologique. De même, les réseaux comme Internet se nourrissent et s’accroissent par l'énergie que nous leur fournissons. Ils nous possèdent. Être vivant, c’est être doué d’une intention propre. De ce point de vue, la plupart des humains ne sont pas vivants. Ils sont possédés par des intentions qui décident des formes de leur existence. La possession sociale produit des doubles sémiotiques et électriques des êtres vivants qui s’incarnent et agissent dans la virtualité des machines. Elle intériorise l’être vivant en l’internant et ainsi se désigne comme extérieur à elle-même. Cette possession est un cercle de protection, privant l’être de la perception des conditions de son existence un peu merdique. 

Bureau d'études / Spectral Investigations Collective

Fichier attachéTaille
Specralisationdelapuissance1.pdf611.58 Ko
Specralisationdelapuissance2.pdf822.11 Ko
Specralisationdelapuissance3.pdf867.23 Ko