Catherine Reverzy

warning: Creating default object from empty value in /var/www/vhosts/revue-chimeres.fr/httpdocs/drupal_chimeres/modules/taxonomy/taxonomy.module on line 1387.

« À Budapest le jour se lève aussi »

« Ferenczi est le portrait type de l’intellectuel de « Budapest- 1900 » : vingt-sept ans, orateur brillant, tempérament révolutionnaire, issu de la bourgeoisie juive cultivée, aimant mener la belle vie, persuadé que le XXe siècle va être celui de la justice sociale et de la paix. Il a foi en la science. Il est connu, dans les milieux qu’il fréquente, comme un médecin aux idées « avancées », qui publie régulièrement dans la revue Thérapeutique. Dans ses articles en effet, il malmène l’orthodoxie du savoir, critique les théories en cours, se plaint du conservatisme universitaire, même si la science fait alors partie de l’avant-garde dans le monde des idées. Pourquoi, demande-t-il par exemple, n’y parle-t-on jamais de l’amour alors que l’amour est depuis des siècles l’inépuisable matière première de la littérature ? On voit s’annoncer dans un tel questionnement, les travaux de Freud qui sont dans l’air du temps, et dont Ferenczi raconte plus tard avoir lu deux articles qui ne l’avaient pas convaincu, et qu’il s’était empressé d’« oublier » [...] »

Fragment de l'article complet (voir PDF)

Syndiquer le contenu