Véronique Nahoum-Grappe

warning: Creating default object from empty value in /var/www/vhosts/revue-chimeres.fr/httpdocs/drupal_chimeres/modules/taxonomy/taxonomy.module on line 1387.

Rumeur et langue de bois, à propos de l’hiver roumain

« LE 22 DÉCEMBRE 1989, pendant quelques minutes, nous avons pu vivre une expérience inouïe sur l’écran : le visage d’un dictateur qui se défait sous une vague grondante de haine, venue d’une foule immense. Pendant quelques secondes, les bras de Ceausescu battent l’air comme dans une nage atrophiée, ses yeux, ses mains perdent leur stabilité dans l’espace : le tyran est tout à coup publiquement désinvesti de toute légitimité, et se dissout alors sous nos yeux cette gravité rassérénée que produit l’assurance du pouvoir politique sur le corps humain. Même assis sur son fauteuil, le spectateur occidental n’est pas indifférent, il respire tout à coup plus à fond, plus vite : renverser un pouvoir tyrannique est sans doute l’une des expériences les plus radicalement humaines que l’on puisse imaginer, voir, vivre. Ce moment clé où bascule publiquement un pouvoir politique haï ne peut être réduit à la seule dimension des manipulations rétrospectivement plausibles. Il y a eu de vrais morts dans les rues, il y a eu l’héroïsme vrai des jeunes manifestants le 22 décembre. [...] »

Fragment de l'article complet (voir PDF)

Beauté et laideur : histoire et anthropologie de la forme humaine.

« Qu’est-ce que la « Beauté », la « Laideur » de la figure humaine, du visage humain, malgré les impossibles énoncés des premières ou dernières heures ? Quelle est la spécificité de ce spectacle, par rapport à celle d’un ciel étoilé ou bien celle de la surface d’un marbre rare ? Ou même par rapport à celui des objets « d’art », toile peinte ou rampe d’escalier ? Voilà la question autour de laquelle nous allons tourner ici. – Il faut préciser que « Beauté » et « Laideur » sont ici entendus comme dans la rue, sur la place publique, avec leurs sens trop évidents et communs de « belle femme », de « sale gueule », etc. ; nous n’étudions pas ici l’usage sophistiqué, paradoxal, et minoritaire, qui trouve « beau » une blessure sanglante, le ventre d’un poisson mort, etc., entre autres objets « sublimes » ! [...] »

Fragment de l'article complet (voir PDF)

Syndiquer le contenu