Publié en décembre 1990
Personnage cible de la verve des écrivains et conteurs d’Afrique centrale, le nouveau riche mal dégrossi et despotique est ici la victime des forces traditionnelles coalisées. La nouvelle d’Armand Miayoukou panache joyeusement langue de Jules Ferry et la grammaire textuelle segmentée du récit oral, critique sociale et fable, rationalisme sceptique et foisonnement débridé des sorciers, arabesques, rêves et marabouts. Cocktail explosif qui lance sur les étals de la francophonie les ingrédients de la modernité africaine.
Voir sur le site du CAIRN :
https://www.cairn.info/revue-chimeres-1990-3-page-131.htm
Publié dans le numéro

Chimères n°10 - Varia