Publié en février 2021

Malaise dans la biopolitique

par Valérie Marange
Pour la praticienne de santé et analyste que je suis, mais aussi ancienne auditrice des cours de Michel Foucault au Collège de France, ancienne journaliste puis responsable de la Commission médicale à Amnesty International, enseignante-chercheuse en droit médical et histoire de la médecine et rédactrice de cette revue depuis une trentaine d’années, il est devenu impossible de ne pas aborder la période...
Voir sur le site du CAIRN :
https://www.cairn.info/revue-chimeres-2020-2-page-15.htm
Publié dans le numéro

Chimères n°97 - Virulences

Dans un contexte aussi radical, cette nouvelle séquence collective de la revue Chimères est, à partir d’une pluralité de perspectives, d’essayer d’en saisir les effets subjectifs, cliniques et politiques. Les textes, dans leurs différences de ton et d’approche, s’intéressent à l’application d’une politique de « gestion des risques » et aux effets psychiques du masque et du confinement, à ce que font des psys qui proposent leurs oreilles gratuitement dans les rues du quartier de la Goutte d’Or, et à l’accueil des exilés, aux économies morales que la crise sanitaire mobilise et à la possibilité d’inventer, contre le quadrillage de nos vie, une autre grille, labordienne celle-là, capable de mettre en mouvement la transversalité des résistances et de nouvelles affirmations désirantes et politiques. Il s’agit bien ainsi, selon les mots d’Edouard Glissant dans le Discours antillais, de prendre soin des « petits pays » plutôt que des « grands ensembles » : les petits pays entendus comme une échelle à portée de nos praxis, de nos gestes instituants, de nos répertoires intimes et collectifs, de nos révolutions et de nos rêves moléculaires.