Publié en décembre 1990

Margareth Thatcher et la meurtrière

par Jacqueline Rose , Catherine Weider
Ce texte souligne une donnée particulière du paysage sociopolitique britannique, à savoir ce qu’introduit, dans l’imaginaire, Thatcher en tant que «  femme-chef d’Etat  », qui, de ce fait, légitime la violence de l’Etat (la question de la peine de mort), mais est à l’origine d’un point aveugle sur les rapports entre femmes, pouvoir et violence. En effet, la rationalité développée par Thatcher rend vaine toute réponse critique dans le champ de la rationalité quant aux analyses d’inspiration psychanalytique classiques, à défaut d’une logique du fantasme, elles ratent ces dimensions de la peur comme objet de désir et le plaisir de la violence.
Voir sur le site du CAIRN :
https://www.cairn.info/revue-chimeres-1990-3-page-49.htm
Publié dans le numéro

Chimères n°10 - Varia